Balades à Commanster

[14 mai 2016], [11 juillet 2015], [28 juin 2014], [6 octobre 2013], [11 mai 2013], 28 juillet 2012, [25 juin 2011], [15 mai 2010], [4 juillet 2009], [21 juin 2008], [19 mai 2007], [8 juillet 2006]


Samedi 28 juillet 2012
Guide : Jim Lindsey

Un classique des activités de la Trientale : la visite de la R.N de Commanster et une petite incursion dans le Grand Bois. Nous sommes une trentaine au rendez-vous et, conséquence des 57 mm d'eau tombés la nuit attestés par le pluviomètre de notre guide, le programme de la journée sera inversé.

La matinée est consacrée à une boucle dans le Grand Bois. Jim ponctue l'itinéraire d'observations et de commentaires sur l'écologie de la région, l'évolution du paysage et la succession des biotopes sur un sol remis à nu, des plantes adventices jusqu'au climax avec ses espèces stables...

Notre guide nous développe les principes des échanges entre les êtres vivants, l'association symbiotique plantes-champignons par mychorizes, le parasitisme. Avec des réflexions d'ordres divers :
- le jeune hêtre, dont la croissance est ralentie par les plus grands arbres qui lui prennent la lumière, sait patienter les années qu'il faut pour recommencer sa croissance dès que les grands arbres disparaissent ;
- le travail de gestion consiste en fait à éliminer des espèces pour en favoriser d'autres ;
- le point de vue du gestionnaire est différent de celui du naturaliste ;
- chez l'hirondelle rustique (Hirundo rustica), on aurait constaté que la femelle choisit le mâle en tenant compte de la longueur de la queue, ce qui serait un signe de bonne santé car le développement des plumes n'a pas été freiné par la présence de parasites ;
- les coléoptères ont une bouche et croquent donc la nourriture tandis que les pucerons percent un trou pour sucer...

Un marronnier aux feuilles ravagées par des mineuses (Cameraria ohridella), petit papillon dont la larve ravage l'intérieur de la feuille ; une station de paxilles à pied noir (Tapinella atrotomentosa) et le sous-bois d'une pessière tapissé de satyres puants dont vous imaginez l'odeur ! Des bolets aussi : Suillus grevillei inféodé aux mélèzes, Xerocomus badius. On reconnaît le cirse des marais, le cirse des prés et le cirse commun. On s'apitoie sur un orvet et une couleuvre victimes d'une traversée hasardeuse. Bien aidés par Didier, "l'ornithologue de service", nous repérons la grive draine, la grive litorne, le bouvreuil, le bec croisé des sapins, le bruant jaune mais surtout une famille de pie-grièche écorcheur et la cigogne noire.

Après le pique-nique, en sous-bois pour se protéger de l'averse, nous suivons le chemin de Rogery puis nous rejoignons la grand-route pour gagner la réserve. Au passage, notre guide nous signale le lycopode en massue, la Wahlenbergia hederacea et une spectaculaire fourmilière. Echange de points de vue aussi avec Joseph sur le thème de l'apiculture et l'impact des abeilles domestiques comparé à celui des abeilles solitaires.

La réserve : le sol est gorgé d'eau mais nous allons profiter d'une belle éclaircie. Tapis végétal piégeux en "panse de vache", trou d'eau de près de 2 m de profondeur, sphaigne émaillée de Tephrocybe palustris, trèfle d'eau, comaret, canneberge aux baies éclatantes et autres plantes habituelles du milieu fagnard. Des touffes de nard raide, le genêt d'Angleterre, la bétoine officinale, la prêle des bois, l'araignée dolomède, le papillon Autographa gamma, la russule claroflava, l'amanite fauve, la grande sauterelle verte (Tettigonia viridissima).

Dans la boulaie sur sphaigne, les bottines prennent l'eau de toutes parts et les bottes suffisent à peine ; mais le soleil revenu maintient le moral. Après une dernière traversée scabreuse du ruisseau gonflé par la nuit d'orage, on débouche dans la prairie ; l'église du village et le château apparaissent, tout proches. Il est 17 heures : la cervoise traditionnelle nous attend.

Merci à Jim qui, avec la simplicité qu'on lui connaît, a comme chacun fois traduit ses connaissances au niveau des compétences du groupe. Tout en assumant son rôle de Grand Pa attentif à Alexandre, Timothy et Jessica !

Gabriel Ney


Back to Ecology of Commanster