Balades à Commanster

[14 mai 2016], [11 juillet 2015], [28 juin 2014], [6 octobre 2013], [11 mai 2013], [28 juillet 2012], [25 juin 2011], [15 mai 2010], 4 juillet 2009, [21 juin 2008], [19 mai 2007], [8 juillet 2006]


Samedi 4 juillet 2009
Guide : Jim Lindsey

Un classique dans les activités de la Trientale : la visite de la réserve de Commanster complétée par une boucle dans le Grand Bois. On s'attendait à une belle journée : elle fut remarquable. Plein soleil, 25 participants, une succession d'observations de tous ordres illustrées par la compétence bien connue de notre guide.

Les places de parking sont chères aux abords de l'église de Commanster survolée par le Milan royal et les Hirondelles dont Jim nous explique les caprices matrimoniaux à propos du choix du mâle par la femelle... (Carré blanc) !

On se met en route vers la réserve à l'entrée de laquelle notre guide nous commente les péripéties de la migration des papillons Belles dames, contemporaine de celle des Gamma (Lambda), papillons nocturnes moins spectaculaires. Des Tristan et un photogénique Petit collier argenté.

La réserve nous offre toutes ses richesses : Comaret, Lotier des marais, Gaillet fangeux (Galium uliginosum) aux étamines jaunes, Succise des prés, Renoncule aquatique, Corydale à vrilles, Bétoine officinale, Airelle, Canneberge, Violette des marais, Linaigrettes vaginée et à feuilles étroites, Rossolis à feuilles rondes dont le guide nous explique le fonctionnement carnivore, Orchis tacheté, Scutellaire toque (Scutellaia galericulata), Sceau de Salomon verticillé, Fenouil des Alpes dont les chevaux Fjords sont friands, Nard raide, Carex nigra, Carex panicea, Carex echinata, Phalaris arundinacea... Des Russules (Russula betularum et claroflava) et les champignons parasites de la sphaigne : Tephrocybe palustris et Galerina paludosa. Démonstration de la profondeur des trous d'eau camouflés par les Lentilles d'eau d'où l'utilisation, jadis, d'un bâton porté à l'horizontale, pour se déplacer en fagne et se sortir de situation délicate.

Jim ne manque pas de nous expliquer les difficultés de la gestion de ces biotopes où l'intervention de l'homme nécessite une approche scientifique pour éviter de contrarier la nature.

Nous retrouvons les voitures pour gagner le Grand Bois et le pique-nique sous la hêtraie ombragée. Belle station de Petites pyroles. La boucle sera variée : chemins, coupe-feu, plan d'eau, fagne pour de nouvelles observations. Bruyère quaternée, Narthécie, Trientale, Prêle des bois, Genêt d'Angleterre, Spergulaire rouge, Lychnis fleur-de-coucou, Wahlenbergie, Jonc couché (Juncus bulbosus) et Jonc des crapauds (Juncus bufonius). Des papillons : Ochlodes venatus (Sylvaine), Diacrisia sannio (Bordure ensanglantée ou roussette), Zygène de la spirée (Zygaena filipendulae) ; des Odonates : Aeschne bleue, Anax imperator, Petite nymphe au corps de feu, Libellule déprimée ; et encore Dolomède, Eristale.

Après l'incontournable cervoise au château de Commanster, Jean-Marc nous invite à visiter son jardin judicieusement agencé, où nombre d'espèces indigènes et exotiques se côtoient en harmonie. Jolie réalisation. Et que dire de son Maitrank maison qui a réconcilié des points de vue divergents sur l'approche des espèces invasives...

Merci à Jim et à Jean-marc pour ces moments inoubliables.

Gabriel Ney


Back to Ecology of Commanster