Balades à Commanster

[14 mai 2016], [11 juillet 2015], [28 juin 2014], [6 octobre 2013], [11 mai 2013], [28 juillet 2012], [25 juin 2011], [15 mai 2010], [4 juillet 2009], [21 juin 2008], 19 mai 2007, [8 juillet 2006]


Samedi 19 mai 2007
Guide : Jim Lindsey

Le programme alléchant dépassera toutes les espérances. Et Jim, notre guide, particulièrement en verve, époustouflant dans n'importe quel domaine et avec une telle simplicité ! Qu'il me pardonne de ne retenir que les éléments les plus marquants de la journée...

L'avant-midi, la réserve naturelle et ses richesses multiples. La Violette des marais, le Trèfle d'eau magnifique dans sa floraison, le Comaret, le Rossolis, un tapis de Canneberge, l'Orchis tacheté, les Linaigrettes vaginée et à feuilles étroites, le Gaillet des marais, la Stellaire aquatique, la Montie des marais, la Renoncule aquatique sur le Glain naissant, la Corydale à vrilles et tant d'autres... Un minuscule champignon dans la sphaigne : Galerina paludosa. Dans l'enclos aux chevaux fjords (au "travail" dans d'autres réserves), une belle station de Fenouil des Alpes et de Sceau de Salomon verticillé. Plus près du village, le Géranium des bois et l'occasion de rappeler la distinction Vesce - Gesse (merci Tony). Jim nous emmène aussi dans le monde des Carex : rostrata, nigra, canescens...

A signaler encore les expériences toujours étonnantes du tapis flottant en "panse de vache" et les trous d'eau impressionnants camouflés sous la couverture des Lentilles d'eau.

Si la Pie-grièche nous a fait faux bond, nous n'oublierons pas de sitôt le survol de la Cigogne noire à basse altitude.

L'après-midi nous partons pour d'autres découvertes dans le Grand Bois. Des Tritons dans les ornières remplies d'eau, de magnifiques Dolomèdes, les Narthécies aux fleurs de l'été dernier bien sèches, un "semis" de Trientale déjà épanouies, les Roitelets huppé et à triple bandeau (entendus !), le Pipit des arbres, un tapis de Polygala (bleu et blanc), le Genêt d'Angleterre, la Véronique des ruisseaux, les trous de Cicindèles dans le sol, la Cicindèle elle-même, une station bien fournie de Luzule blanche, une Chevrette dans un coupe-feu, une famille de Sangliers déambulant dans le sous-bois, un trou de Pic noir où l'on espérait l'occupant...

Notre parcours se termine par le château de Commanster qui, à lui seul, vaut le détour. Pas uniquement pour la tarte maison ou la cervoise sirotée dans un cadre magnifique. Et la journée, inoubliable, se prolonge agréablement par le récit d'autres aventures naturalistes... Merci Jim et à l'an prochain.

Gabriel Ney


Back to Ecology of Commanster